AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La protection d'une courtisane (Avril 2012)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adosssyukima Adoss



Points de Force : 751
Points de Guilde : 30275

• Progression du personnage RP •
Levels:
100/100  (100/100)
Progression Animus:
5/5  (5/5)
Armes légendaires:
10/10  (10/10)

MessageSujet: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Jeu 2 Aoû - 13:34

Après avoir bien travail je dut carrément acheter de la bouffe pour apporte au QG franchement, enfin remarque je fait plus différence durent l'animus le monde virtuelle et le réel, arrive dans un raccourci je tombe sur une bande de Yakuza qui s'attaque à une pauvre fille qui tente de la violé, Quand ta moi je me suis interposes et fait une menace qui croie que c'était pas sérieux, Alors je sortit ma lame secret et tué l'un d'entreux et dire ceux-ci:

– Vous n'avais pas mon respect, je vous demanderai de ne pas prendre un ton si familier avec moi, et que vous la laisser partir, poursuivit-elle de façon posée. Ou sinon je pourrais très bien porter plainte pour agression sexuelle !,

Certain Yakuza me connais très bien il sa veux bien que les Assassins ne rigole jamais alors il décide de s'enfuit alors je repris pris la fille était inconstante car elle me répondait pas du tout, Je décide de la porte et la ramenais au QG, après des heures de marche arrive au QG je les mis sur une table afin de voir son poux et ça respiration quand tout d'un coup:

-Oui.... Je suis ? me demande la jeune femme
-A l'abris pendant quel que temps
-Merci
-Tu te souviens quel que chose
-Non je me souviens que mon nom et l'age, mais qui est vous ?
-Je m'appel Adosssyukima et toi c'est comment
-Kokaiso
-Très bien vas te repose mon équipe va s'occupe de toi.

Puis elle repris son sommeil et fait des recherche sur elle, je trouve rien d'information sur elle. cette alors qu'elle se mis à hurle durent son sommeil elle disait des choses que je n'avais pas compris.


Rien n'est vrai, tout est permis ! Invité Rejoignez-nous !
Et n'oubliez pas, quoiqu'il arrive, quoiqu'on vous dise il s'agit la libérait l'humanité,  
Revenir en haut Aller en bas
http://acinfinitecrisis.forumactif.com
Kokaiso



Points de Force : 16
Points de Guilde : 17726

• Progression du personnage RP •
Levels:
0/0  (0/0)
Progression Animus:
0/0  (0/0)
Armes légendaires:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Ven 3 Aoû - 18:51

Qui je suis ? Je ne le sais que trop bien, mais je n'avais pas osé le lui dire, de peur de le choquer. Après tout, un jour où l'autre, il le saurait, et ces hommes qui m'avaient attaquée savaient qui j'étais réellement. Je n'avais pas eu le courage, à ce moment-là, de lui dire quoi que ce soit, je m'étais sentie fragilisée. Fragilisée et sans arme. Sans arme, quelle imprudente. Mais ça n'aurait rien changé, ils étaient plus forts que moi... Fragilisée au point de ne plus savoir quoi dire, et la seule chose que je lui ai dite, pétrifiée, c'est mon nom. Il m'avait sauvée. Comment pourrais-je l'en remercier ?

J'avais été imprudente hier soir, et je le sais. Désolée grand frère. Où es-tu... Celui qui m'a toujours protégée, celui qui m'a servi de père pendant toutes ces années... Disparu alors que j'étais en ville. Et il n'est jamais revenu. Ça ne fait que quelques jours, mais c'était tout de même étrange de sa part. Il m'aurait prévenue ou m'aurait emmenée avec lui, je le connais. Alors pourquoi être parti sans rien dire, et, qui plus est, pendant mon absence ? Lui serait-il arrivé quelque chose ? L'auraient-ils enlevé, ou blessé ? Voire tué ? Non non et non. C'est ridicule. Grand frère est fort, il ne peut pas mourir.

J'ai très mal dormi cette nuit, et je ne me souviens plus des rêves que j'ai fait. L'homme qui m'avait sauvée hier est là, endormi sur sa chaise. Il était resté ici toute la nuit. Je sais que quiconque s'approche de moi est en danger permanent, et je ferais mieux de partir d'ici. Je me lève difficilement, j'ai mal au crâne, je mets un pied sur le sol, et... Aie. J'ai mal au pied droit. Bizarre, je ne l'avais pas vue, et d'où vient-elle ? Je ne crois pas m'être blessée... lors que je tire une grimace de douleur et commence à m'effondrer sur le sol, j'entends quelqu'un demander : "Quelque chose ne va pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://kokaisosweet.livejournal.com/
Adosssyukima Adoss



Points de Force : 751
Points de Guilde : 30275

• Progression du personnage RP •
Levels:
100/100  (100/100)
Progression Animus:
5/5  (5/5)
Armes légendaires:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Ven 3 Aoû - 20:55

-Quelque chose ne va pas ? Lui demandait
-Je... ne peux rester ici, je vous remercie beaucoup.
-L'ennuie c'est que tu ira nul part vue ton état, il faut que tu reste lui disait part politesse.
-Mais je pourrait vous mettre en danger m....
-Tu peux m'appelle Adosssyukima, ça ne me dérange pas.

Elle voulais toujours part m'écouter elle avais très peur elle ne tiens à peine sur c'est deux jambe elle tombe au sol sans faire expert puis je la remis au lit mais je lui attache pour qu'elle se repose elle na pas encore récupérée ceux qui c'était passe hier je travail sur l'animus pour récolter des informations sur elle, mais vue son état elle pourrait pas allé dans la machine alors j'ai du attendre qu'elle récupère, Deux jours plus tard elle repris connaissance et pouvais mieux récupère en mange quel que chose, elle avais rien manger déplus quel que temps. Elle me remercie beaucoup de l'avoir sauve mais elle voulais partir, Alors je lui demander pourquoi elle me répondu:

-quiconque s'approche de moi est en danger permanent me répondante fortement
-Hum tend fait pas ici t'arrivera rien en essaie de la faire calme
-Non vous approche pas de moi !! hurla telle
-Kokaiso je veux juste t'aide à retrouve ton grand frère ?
-Comment ?! me répondit elle
-Et confiance en moi je veux juste t'aide c'est tout.
-Mais je vous dire que si vous mourait ça sera ma faute
- Ne tend fait pas j'ai déjà échapper la mort dans la vie

Je lui rassure qu'il m'arrivera rien alors je décide donc l'aide à retrouve son grand frère en échanger qu'elle vas dans une machine appel l'Animus, elle me demande c'est quoi l'Animus, je lui explique que l'Animus permit de nous faire revivre des souvenirs passes de nos ancêtres, elle fus surpris qu'une machine existe alors je lui propose qu'elle renvie son passe pour ceux rappel du nom de son grand frère, elle disais oui sans problème alors je la fait monter dans la machine d'ou elle revis tranquillement son passe, Pendant des heures de recherches elle pus me fournis des informations sur c'est ancêtres à elle pendant qu'elle revis son passe c'est alors que Animus arrête le programme tout seul, elle se mis à Hurler très fort qu'elle ne contrôle plus ses émotion pourtant au départ il avais pas de problème mais la c'était pire, je du la faire calme mais me frapper sans qu'elle se rencontre puis elle essaie de s'enfuir, je pouvais pas laisse sortir à découvert alors je vite l'attraper et mis au sol afin de la calmé, elle repris ses esprits elle ceux mis à pleurait sur moi et elle me raconte ceux qu'elle à vue dans l'animus.




Rien n'est vrai, tout est permis ! Invité Rejoignez-nous !
Et n'oubliez pas, quoiqu'il arrive, quoiqu'on vous dise il s'agit la libérait l'humanité,  
Revenir en haut Aller en bas
http://acinfinitecrisis.forumactif.com
Kokaiso



Points de Force : 16
Points de Guilde : 17726

• Progression du personnage RP •
Levels:
0/0  (0/0)
Progression Animus:
0/0  (0/0)
Armes légendaires:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Mar 25 Déc - 17:56

L'Animus.
Drôle de chose, une chose dont je n'avais jamais entendu parler. Une machine assez étrange, qui permettait d'obtenir des informations sur les ancêtres... Il m'a promis de retrouver mon grand frère si j'y entrais. Après tout, il m'avait sauvée la vie, alors je ne risquais rien... Je n'aurais pas dû y enter. Ca m'a épuisée, je n'arrive même pas à me lever. J'ai un mal de crâne qui survient à chaque fois que je repense à ce que j'ai vu. J'aurai sans doute dû tout lui raconter, mais cette drôle de machine avait éveillé ma curiosité.
Je ne me souviens pas de grand chose, je crois que je suis restée dedans pendant une éternité...

La dernière chose que j'ai vue ? Un homme habillé en noir, qui s'amusait à tuer tout le monde, femmes, enfants... Personne ne pouvait l'arrêter, quiconque croisait son chemin mourrait. Il paraissait invincible. Il s'approcha de moi et je pus alors voir son visage... Il ressemblait trait pour trait à Kyô, mon grand frère... Il se rapprocha de moi, sourit, avide de sang, et sortit son épée, s'apprêtant à transpercer mon corps avec... et soudain, une voix inconnue me dit : "Une femme. Faible, comme toutes les autres. "

C'était impossible. Comment cela a-t-il pu se passer ? Je n'étais censée voir que l'histoire de ma famille, rien d'autre. Un problème avec la machine ? Même Adossyukima ne sait pas comment expliquer cela. Je lui ai tout raconté, les quelques souvenirs vagues qui me revenaient : des gens qui paraissaient assez riches, ils portaient de nombreux bijoux et les dames riaient aux éclats, un champ avec des dizaines de chevaux, et un vieil homme, qui, assis sur un tronc d'arbre, paraissait pensif. Il me semble avoir vu une rose en argent qui brillait dans le noir, et c'est la dernière chose que j'ai vue avant... la scène avec Kyô.

Je n'ose même plus dormir tellement j'ai peur de revoir la scène. Je suis affaiblie, je n'ai aucune arme sur moi, et il serait risqué d'aller les chercher. Je sais que je n'arriverai pas à le battre s'il était en face de moi. Il est plus fort que moi, c'est celui qui m'a tout appris... "Une femme. Faible, comme toutes les autres. " Une phrase qui ne cesse de revenir et de hanter mes pensées... Pourtant, c'est faux. J'ai appris à utiliser des armes, j'ai tué des gens, alors quoi ? Je ne suis qu'une femme, rien d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://kokaisosweet.livejournal.com/
Adosssyukima Adoss



Points de Force : 751
Points de Guilde : 30275

• Progression du personnage RP •
Levels:
100/100  (100/100)
Progression Animus:
5/5  (5/5)
Armes légendaires:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Lun 31 Déc - 22:00

Après avoir son accord je la fait monte dans l’animus pour l’aide à retrouve la mémoire, je m’occupe des paramètres de sécurité afin qu’elle n’est pas l’effet secondaire, à la suite de cela je vue que la premier session marche très bien et tension bon alors je laisse la jeune fille et allé contact Masaki pour avoir des infos sur ça missions :

-Masaki comment ceux déroule ta mission
-Super, tu avais raison les Yakuzas sont les pires type qu’on croise surtout qui sont mèche avec les Templiers.
-Je vois, bref quand tu auras fini, j’aurais besoin ton aide
-Pour ?
-Une fille à perdu la mémoire de son passe il y à pas longtemps cherche des informations sur une certaine Kokaiso Sweet.
-Ok je vais voir.

Après une long attente je partis boire un l’ice tea pèche afin d’avoir du nouveau quand j’entendu l’alarme sonnée, je partis la rejoindre et vue que la session commence être complique pour elle alors je devais tout arrête vue ça tension à trop monte, après ça la jeune Kokaiso sursaute part peur et repris confiance me demande si la machine avais un problème, je lui explique la situation de sa premier pas dans l’animus :

- Oui il y avait pas mal de problème, mais quand j'essaye d'avoir accès à cette séquence de ton ADN, il semble être ... se rappelant quelque chose d'autre.
- Comme une mémoire à l'intérieur d'une autre mémoire ?
-Oui. Exactement. Peut-être. Vas boire un cou ont fera une autre session plus tard

Après qu’elle soit partit des données avais pas mal explosé dans l’animus, je cherche à me documente sur cette histoire, j’ai trouve très étrange qu’elle n’arrive pas vraiment à bien voir son passe, je réfléchir quel que minute et à ceux moment ma mémoire mes revenue j’avais compris quel que chose en parlent à voix haute :
-Cela me semble familier. Lorsque j’ai commence mes premier pas dans l’animus je ne pouvais pas avoir accès à mes propre souvenirs vue que je n’avais pas cette possibilité, alors j’ai du incarne mes ancêtre pour avoir cette possibilité.
Alors je rejoins Kokaiso et lui explique le bug et du à cause des souvenir mélanger à ceux de ses ancêtres, je lui fait passe un test donnée sur elle et voir ceux qui pourrai nous aide. Je lui rassure instant pour qu'elle ne soit a folle.

SYNCHRONISATION :

__ 20 %
____ 40 %
______ 60%
________ 80%
__________ 100%

SYNCHRONISATION TERMINÉE.
Recherche de donne

Nom: Kokaiso Sweet
Nationalité: Japonaise
Naissance : 1993
Age: 19 ans
Taille: 1m70
Poids: 56
Profession: Inconnu
Période Retro du Sujet: analyse en cour

Analyse Fini

> ------- Connexion ------- <
Kokaiso à un lien proche a ceux des guildes Courtisanes Japonaises ont pourrait apprendre qu’elle aurait tout participe à l’époque Japon Féodal, Pour qu’elle revive son passe elle devra fait le trie de ancêtre pour qu’elles lui ont plus rien apprendre.
> ------- Déconnexion ------- <

A ceux moment je propose de revivre le passe d’une ses ancêtres pour qu’elle puise être libéré de ses ancêtre, elle hésite, mais elle voulait me donnée ça réponse.


Rien n'est vrai, tout est permis ! Invité Rejoignez-nous !
Et n'oubliez pas, quoiqu'il arrive, quoiqu'on vous dise il s'agit la libérait l'humanité,  
Revenir en haut Aller en bas
http://acinfinitecrisis.forumactif.com
Kokaiso



Points de Force : 16
Points de Guilde : 17726

• Progression du personnage RP •
Levels:
0/0  (0/0)
Progression Animus:
0/0  (0/0)
Armes légendaires:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Sam 5 Jan - 20:10

Une mémoire à l'intérieur d'une autre mémoire... Les souvenirs des ancêtres mélangés aux miens... Courtisanes, Japon féodal... Revivre le passé d'un de mes ancêtres ? Plus ça va et plus je me demande si je ne suis pas en train de rêver.

Maintenant, il connaît mon nom, mon âge... Mais à part ça, il ne sait rien d'autre. Et moi non plus, je ne sais pas grand-chose sur moi, sur mes ancêtres... Des ancêtres liés aux courtisanes japonaises... Ce serait une occasion de connaître le passé... Mais s'il se passait autre chose, quelque chose de dangereux ? Je ne sais pas. Mais après tout, je n'ai pas vraiment le choix. Il faut retrouver Kyô à tout prix, à moins qu'il ne soit... Non, je refuse de croire à sa mort. Il doit sûrement être quelque part... Et si je refuse, que vais-je faire, seule ? Je suis obligée de croire ce qu'il me dit. Et si...

-D'accord.

Stupide. Pourquoi avoir accepté, et si ça ne fonctionnait pas, et s'il y avait des effets secondaires ? Et si je finissais par mourir ? Trop tard. Ça commence.

La salle est sombre, peu éclairée, et autour d'une table, se trouvent des femmes, très jolies et bien habillées. Pas assez pour ressembler à de nobles dames, certes. Elles ne paraissent pas être japonaises, leurs habits ne ressemblent pas aux habits du japon féodal, ils n'étaient pas du tout comme ceux que l'on m'a montré quand j'étais encore à l'école. Ils ressemblent à ceux du Moyen-âge européen, les robes, les coiffures...

"Nous espérons avoir été d'une grande aide. Au revoir Maria.", déclare une femme debout, tandis que les regards de chacune des femmes assises autour de la table me fixent. Elle ne parle pas Japonais mais une langue qui m'est inconnue... Pourtant je la comprends. Je suis donc Maria... « C’est bien dommage de nous quitter maintenant… Mais pour nous, tu resteras une de nos sœurs, une courtisane, et nous serons toujours prêtes à t’aider. » Mes collègues quittent la pièce en me saluant, et chacune va dans sa chambre. L’une d’entre elles me murmure «Il arrivera à l’heure prévue, ne t’inquiète pas. », et s’en va, souriante. « Il » ? Qui donc ? Ce « Il » viendrait donc me chercher… Je pars donc ce soir… Mais où ?

Heureusement pour moi, la crainte de ne pas trouver la mienne a aussitôt disparu dès que j'ai vu que sur chacune des portes a été écrit le nom des jeunes femmes. J'entre dans la mienne, et la referme. Par la fenêtre, je vois des arbres, des habitations encore éclairées, mais il fait nuit. Un lit, une armoire, une fenêtre, un bureau... Ça a l'air d'être une chambre simple, et les tiroirs sont vides. J'ouvre alors l'armoire, et trouve un bagage dedans. En l'ouvrant, je trouve des lames, des couteaux, et aussi différents poisons... Derrière les quelques robes dans l'armoire, je trouve aussi, une épée, ni trop légère, ni trop lourde, et une cape.

Je me regarde dans le miroir, et ne me reconnais pas. Mes cheveux sont blonds, j'ai des yeux verts... Ce n'est pas moi, c'est Maria, mon ancêtre. Elle est belle, ça ne m'étonne pas qu'elle réussisse à séduire aussi facilement les hommes ! Je suis donc, d'après ce que j'ai compris... Une courtisane. Malgré tout, Maria ne se sent pas chez elle. Elle doit sûrement avoir un chez elle ailleurs, je le sens. Ne pas tuer, sauf en cas de danger. Séduire, avoir des informations… Une courtisane… J’ai l'impression de jouer un double jeu, comme si faire la courtisane n'était qu'une couverture. Séduire tous ces hommes, récolter des informations... Mais pour qui ? Pour « lui », celui qui viendra me chercher ?

On toque à ma porte, et je cours ouvrir. L'homme est brun, grand, et entre dans la chambre. "Bonsoir", me dit-il. Je lui réponds timidement. Bizarrement, j'ai l'impression de le connaître, d'avoir des sentiments pour lui... Maria serait tombée amoureuse de lui ? Je ne peux pas réellement déterminer ce qu'il est à partir de ses vêtements, mais j'ai remarqué qu'il portait une épée. Nous nous asseyons sur le lit. Il relève mon menton et observe mon visage, puis déclare "Délicieuse créature", souriant. Il se penche vers mon oreille, et murmure : "Toujours aussi belle ma petite Maria d'amour. Nous n'avons que très peu de temps, encore quelques instants et nous partirons d'ici. Merci d'avoir fait tout ça. Toutes ces informations, ça n'aurait pas pu être possible sans toi. Pardonne-moi, ce n'est pas ta place, je sais que tu aurais préféré être avec moi au lieu d'être coincée ici... Tout redeviendra comme avant une fois cette mission accomplie. Dors un peu, tu as l'air fatiguée." J'obéis, et m'endors contre lui.

Il fait nuit, et nous sommes dans une forêt. Nous avons parcouru cette forêt interminable toute la journée avec les chevaux. Nous avons tué des hommes, tellement d’hommes… Soudain, j’entends des bruits lointains, presque inaudibles, mais étranges, et me sens mal à l’aise. Je ralentis l’allure, et fais signe aux hommes de ralentir également, nous ne sommes pas seuls… Le poing à l’épée, nous continuons, lentement, observant les alentours, et décidons de nous séparer en groupes de quatre. Nous continuons notre avancée, et finissons par sortir de la forêt. Rien à signaler, on peut apercevoir au loin des toits. C’est ce village, le village ennemi que nous avons voulu atteindre… Les autres nous rejoignent quelques instants plus tard. Il faut faire vite. Nous n’avons que très peu de temps avant que les habitants ne se réveillent, et il nous faut cette rose d’argent, qui ne cesse d’être déplacée… Sans elle, nous ne pouvons pas vaincre nos ennemis. Je descends du cheval, et trois hommes font de même. Les autres partent se cacher dans la forêt, comme convenu.

Nous nous dirigeons vers l’église, silencieusement, et deux d’entre nous entrent par la porte de derrière tandis que nous restons dehors, à l’affût du moindre bruit. Soudain, j’entends un bruit sourd, et alors que je me retourne en direction du son, je vois une flèche se diriger vers mon ami. Alors que je me précipite sur lui en l’éloignant de la direction de la flèche, je sens que quelque chose vient d’entrer dans mon épaule et je crie de douleur… La flèche… Il me regarde avec de grands yeux et m’emmène rapidement vers un coin sombre, avant de sortir son arbalète et de viser le haut de l’église, tandis que je tente de retirer la flèche avec douleur. Serait-ce la fin ?


J'ouvre les yeux. Vivante, moi ? J'observe les alentours, et me rends compte que je ne suis pas au Moyen-Age, mais au 21e siècle, chez Adossyukima, qui se retourne vers moi. J’ai donc vécu les derniers jours de Maria. Je lui raconte tout ce que j’ai vécu, c’était comme si c’était hier…
Revenir en haut Aller en bas
http://kokaisosweet.livejournal.com/
Adosssyukima Adoss



Points de Force : 751
Points de Guilde : 30275

• Progression du personnage RP •
Levels:
100/100  (100/100)
Progression Animus:
5/5  (5/5)
Armes légendaires:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Mer 13 Mar - 23:42

Après avoir mis dans l'animus Kokaiso fut stupéfait des souvenirs ancêtre, pourtant quel que chose ne collé pas entre l'ascendance de Kokaiso c'est du cette femme Maria nés pas japonaise pourtant l'Animus m'explique bien clairement c'était une Geisha, je fut confut ses donnée était étrange j'ai voulut avoir le coeur net

SYNCHRONISATION :

__ 20 %
____ 40 %
______ 60%
________ 80%
__________ 100%

SYNCHRONISATION TERMINÉE.
Recherche de donne

Nom: Maria Theodosia
Nationalité: Inconnu
Naissance : 1190
Age: 19 ans
Taille: 1m75
Poids: 59
Profession: Courtisane
Période Retro du Sujet: analyse en cour

Analyse Fini

> ------- Connexion ------- <
Maria était une esclaves vendu pour prostitution d'après les données elle viendrait de l'empire Byzantin après que les Croisé Français l'on capturé et abusé de cette femme, elle fut sauve part l'Ordre des Assassins et formée à la suite de cela elle quitte la capitale des Assassins pour devenir indépendante selon des données elle était vers Italie nul ne sais ceux qui la poussée allé la bas. Mais la vidéo confirme qu'elle avais survécu.
> ------- Déconnexion ------- <

Bien que l'animus mes tout explique je pense que ça ne veaux peux être pas le coups de cherche plus loin ses donnée m'explique toujours pas d'où pourrait provenir, enfin bref Kokaiso m'attendu je partit la rejoindre et lui explique que son Ascendance et beaucoup trop mélanger en raison que la machine la mis dans des endroits totalement différente, cette alors quelle me demande cette quoi ce qu'elle la vue, je lui expliqué alors à quoi ressemble le Japon:
-Le japon était bien ceux qu'on ta explique mais il est vrai qu'au moyen age les tenues de notre pays avais était plus proche de ceux qui était dans les rues, après c'est que j'ai vue dans la mémoire de mon ancêtre du moyen age Japonaise.
Car il peu arrive l'Animus confondre des époques tel ceux m'étaie produit avec Altaïr et Kota, mais pourtant c'était rien avoir, serait il possible que son ancêtre soit la premier arrive au Japon et fondé la guide des Courtisanes ? non il y à bien longtemps que les Courtisane ont existé alors ça doit être autre part quand tout d'un coup l'Animus m'affiche les même donnée avec une ancêtre inconnue

SYNCHRONISATION :

__ 20 %
____ 40 %
______ 60%
________ 80%
__________ 100%

SYNCHRONISATION TERMINÉE.
Recherche de donne

Nom: ********
Nationalité: Japonaise
Naissance : 1190
Age: 19 ans
Taille: 1m75
Poids: 59
Profession: Courtisane
Période Retro du Sujet: analyse en cour

Analyse Fini

> ------- Connexion ------- <
cette Courtisane était dans la Période de Kamakura du moyen age ont ne sais peu de choses sur cette époque.
> ------- Déconnexion ------- <

je pense que l'Animus à découvert une partie deux ancêtre né dans une même année et époque, alors c'était bien le même que j'ai connue dans l'Animus à ceux moment j'ai pris une décision:

-Kokaiso je pense que tes données seront utile au Geisha car je pense qu'elle pourrons t'aide je connais une personne qui pourra t'aide elle sais retrouve les autres, et puis tu aura une bonne relation avec elle.

Bien que je lui explique elle la des doutes alors je lui proposé autrement dire devenir une Geisha membre de la confrérie des Courtisanes, Saya Kuchigi m'avais dire qu'elle pense avoir peu être l'homme en question justement, alors nous quittons l'endroit en voiture sans se faire remarqué, arrive sur place je laisse Saya s'occupe d'elle quand ta moi je continue mon enquête pour retrouve son frère quand ta Kokaiso elle allé la bas pour apprendre à connaitre les Courtisanes et l'aide à trouve son frère.



Rien n'est vrai, tout est permis ! Invité Rejoignez-nous !
Et n'oubliez pas, quoiqu'il arrive, quoiqu'on vous dise il s'agit la libérait l'humanité,  
Revenir en haut Aller en bas
http://acinfinitecrisis.forumactif.com
Kokaiso



Points de Force : 16
Points de Guilde : 17726

• Progression du personnage RP •
Levels:
0/0  (0/0)
Progression Animus:
0/0  (0/0)
Armes légendaires:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    Dim 17 Mar - 12:03

"Confrérie des... Courtisanes... Geisha ? Mais... Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire là-bas ?
- Elles pourront t'aider, j'en suis sûr, répond-il d'un ton convaincu."

M'aider... Euh... Minute, l'objectif c'est de retrouver mon frère, pas d'être une courtisane-je-sais-pas-quoi... Je n'ai nullement envie de jouer à ça. Je suis la fille de... Non, ça ne marche pas. Qu'est-ce que tu es bête parfois, Kokaiso ! Tu n'es pas dans la ville de ton enfance, là où tu pouvais fièrement marcher dans les rues sans te faire attaquer, où un seul mot suffisait à mettre tout le monde à tes pieds. Aujourd'hui, tu n'es plus celle que tu étais. Tu n'es qu'une inconnue parmi d'autres.

Bon d'accord, le coup de l'Animus, des ancêtres, de Maria et tout, c'était intéressant, et ça aurait pu peut-être nous aider à mieux comprendre la disparition de Kyô, et toutes ces choses que j'ai vues, la rose d'argent, et tout le reste, mais là... Non, je n'en vois décidément pas l'intérêt. Mais ça ne sert à rien de rester ici, il n'y a rien d'autre qu'il puisse faire... Et en y repensant, la vie de Maria n'était décidément pas si paisible que cela. Esclave, prostitution... Elle a eu de la chance d'être sauvée par les Assassins. Qui aurait pu croire que des siècles plus tard, sa descendante a été elle aussi sauvée par un Assassin !

Je n'ai décidément pas le choix... En y repensant, depuis que Kyô a disparu, je n'ai plus le choix. Obligée de faire confiance... Lui faire confiance. Une confiance quasi-aveugle au final. D'un air réticent, je le suis, mais il voit bien que je ne suis pas tout à fait d'accord avec sa décision.

Le trajet se fait en silence, je ne sais quoi lui dire, quoi lui demander... Je me sens embarrassée. Il m'a sauvée, aidée... Mais je me sens toujours aussi faible sans mes armes. Une fois arrivés devant une porte, il s'arrête et se tourne vers moi.

"Nous sommes arrivés.
- Encore merci pour...Tout. On se reverra ?
- Bientôt peut-être. En attendant, tu découvriras et apprendras beaucoup de choses ici. La jeune femme qui t'accueillera s'appelle Saya, et je suis certain que vous vous entendrez bien. "

Et alors qu'il disparaît, je reste devant cette porte, hésitante. Je sens bien qu'il n'est pas loin, et que ses yeux sont sûrement en train de m'observer. Je ne peux pas fuir. Je n'ai pas le choix. Confrérie des Courtisanes hein ? Eh bien allons-y...

La porte se referme derrière moi. À l'intérieur, il y fait un peu sombre... J'avance prudemment dans le couloir, jusqu'au voile qui cache la pièce d'en-face. À nouveau hésitante, je m'arrête... Et soudain, une voix féminine m'interpelle : "Kokaiso Sweet, n'est-ce pas ? Entre, je ne vais pas te manger... Je suis Saya, Adossyukima a dû te parler de moi." J'obéis et entre dans la pièce.

Elle est là, en face de moi, assise sur un fauteuil, les pieds nus, portant un kimono rouge et or, jouant avec son éventail, et... Des chatons ? Trois chatons blanc et noir, sur le sol, se chamaillant. La pièce est éclairée par la lumière du jour, assez petite et très colorée. Du rose par ci, du bleu par là... Des papillons, des affiches... Elle replie son éventail, se lève et s'approche de moi... D'un peu trop près à mon goût.
Nous faisons la même taille. Elle me scrute de haut en bas, puis de bas en haut, plonge son regard dans mes yeux, sourit, regarde mes mains et, voyant les quelques cicatrices, fait la moue. Elle touche mes cheveux, les respire. Elle caresse mon visage avant de me dire : "Il a du goût dites donc. Jolie, très jolie... Je suis sûre qu'on pourrait faire quelque chose de toi... Par exemple, avec un petit décolleté, une petite jupe, des chaussures roses... Ou même, une robe échancrée, bleue... Oh oui, je sais ce qu'il te faut ! Un sailor fuku t'irait à merveille petite.
-Mais... Je...
-Chuut chuut, je sais. Bon, alors, déjà, on va te faire prendre un bain, t'habiller, te nourrir, et on parlera après."

Et sur ces mots, deux autres femmes arrivent, m'emmènent dans la pièce d'à-côté et je suis obligée de les laisser faire. Après le bain, les habits... Trop courts... Ne recouvrant pas assez mon corps et ne jouant pas assez leur rôle de vêtement à mon goût... Mon short bleu et mon débardeur blanc avec mon gilet gris me manquent déjà ! Et la jupe ne me met vraiment pas à l’aise... Trop courte ! Des cheveux attachés et formant deux chignons, un maquillage un peu trop... Osé... Du parfum trop sucré… Et me voilà apparemment prête puisqu'elle entre dans la pièce, jette un coup d'œil avant de déclarer : "Parfaite ! C'est exactement ce que je voulais. Suis-moi. Assieds-toi à cette table et mange."

Nous entrons à nouveau dans la pièce, et je m'assois à la table pleine de nourriture, tandis qu’elle se rassoit dans son fauteuil, les chatons sautant sur ses genoux. "Mange, mange. Nous allons en profiter pour parler... Rien que toutes les deux."

"Donc, Kokaiso... Sweet est ton nom. Sweet hein, j’aime ce nom. Douce, adorable, comme ces petits chats… Sauvée par Adossyukima, a perdu la mémoire, mais pas seulement. Tu cherches ton frère, n'est-ce pas ? Si tu es ici, c'est que peux t'aider... Non, ne parle pas tant que tu n’as pas fini de manger, laisse-moi parler. Mais sans doute lui caches-tu des choses à ce cher Adossyukima ? Des choses dont tu ne voudrais pas parler… Mais ici tu ne risques rien tu sais… Tu peux tout me dire… Si tu le souhaites. "

Je me suis arrêtée, et je l’ai regardée. Elle avait un regard assez triste, observant les chatons, qui s’étaient endormis sur ses genoux. J’aurai aimé lui dire, lui dire que mon vrai nom n’était pas Sweet, que mon enfance, je ne m’en souviens presque plus, que Kyô m’a élevée seul, que nos parents étaient riches… Étaient. Que je maniais très bien l’épée et les lames. Que ces cicatrices, là, c’était à cause de tous ces entraînements. Que oui, je n’ai pas raconté cette partie de mon histoire à Adossyukima, d’ailleurs je ne lui ai rien dit sur moi à part mon nom… Que depuis que je suis sortie de l'Animus, la rose d'argent ne cesse de m'obnubiler, de revenir dans mes pensées, et que ça m'inquiète. Que je me demande si ce n'est pas ça qui explique la disparition de Kyô. Qu’entre le moment où Kyô a disparu et le jour où je me suis fait attaquer, c’est désormais le vide total… Et au lieu de lui dire tout ça, j’ai fondu en larmes.
Revenir en haut Aller en bas
http://kokaisosweet.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La protection d'une courtisane (Avril 2012)    

Revenir en haut Aller en bas
 
La protection d'une courtisane (Avril 2012)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thuesday Night SuperShow Special - 10 Avril 2012 (Résultats)
» Friday Night Smackdown - 27 Avril 2012 (Résultats)
» WWE Extreme Rules - 29 Avril 2012 (Résultats)
» Anthinoises, Avril 2012
» Questions-réponses de la communauté : 27 avril 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin’S Creed Infinite Crisis :: Archive 2014-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit